Le roi Carotte

Le roi Carotte

Dimanche 22 Décembre 2019 à 16h

Opéra de Lyon
 » LE ROI CAROTTE « 
Opéra bouffe –féérie en trois actes de JACQUES OFFENBACH
Direction musicale Adrien Perruchon
Mise en scène et costumes magnifiques imaginés par Laurent Pelly.
Orchestre, Chœurs et Studio de l’Opéra de Lyon

Du fantastique au comique et au merveilleux, une reprise prometteuse de la production de 2015 qui vous permettra de revivre l’enchantement d’une succession de saynètes qui nous entraînent dans le sillage des aventures du roi Fridolin XXIV de Krokodyne.
L’histoire
Déchu par le génie Robin-Luron et remplacé par le despotique et populiste Roi Carotte, le chef des légumes, Fridolin XXIV de Krokodyne est confronté à toutes sortes d’aventures loufoques et merveilleuses : des maléfices de la sorcière Coloquinte à sa rencontre avec l’enchanteur Quiribi et Rosée-du-Soir. Ceux-ci lui viennent en aide pour retrouver son trône et renverser le tyrannique Carotte.

Un cauchemar burlesque
A partir d’un conte d’Hoffmann, Offenbach et son librettiste Victorien Sardou (l’auteur de Tosca) entraînent le spectateur dans un conte fantastique à la résonance philosophique qui tient autant du cauchemar que du récit burlesque et du voyage aux pays des merveilles. Le tout porté par l’humour verbal et musical saillant de ses deux « pères ». Créé en 1872, Le Roi Carotte est ici adapté par Agathe Mélinand et mis en scène par Laurent Pelly qui s’en donnent à cœur joie : des dialogues, aux savoureux anachronismes en passant par les costumes et les décors signés Chantal Thomas. Le résultat est aussi saisissant de dramaturgie qu’hilarant, touchant que délicieusement entraînant. Une surprise de chaque instant qui parvient néanmoins à rester fidèle à l’indomptable esprit de fantaisie du roi de l’opéra-bouffe.

Inscription ICI    

One thought on “Le roi Carotte

  1. Bonjour, je suis Lyonnaise passionnée d’opéra, et j’arrive sur votre site en faisant des recherches sur internet. J’ai assisté à ce spectacle et voici ce que j’en pense.
    Cette production de Laurent Pelly est tout simplement géniale.
    Belle drôle inventive et joyeuse, la mise en scène de Laurent Pelly et les décors de Chantal Thomas enchantent et restituent admirablement toute la magie du livret. Petit à petit on plonge dans l’imaginaire grâce aux décors disproportionnés et évolutifs qui créent une atmosphère fantastique.
    Les tableaux s’enchaînent avec beaucoup de rythme et les airs se succèdent faisant découvrir une partition d’une grande richesse.
    Les dialogues adaptés par Agathe Mélinand sont savoureux soulignant l’aspect volontiers parodique de cet opéra-bouffe.
    La distribution est d’une qualité exceptionnelle. Yann Beuron interprète le jeune monarque Fridolin XXIV avec beaucoup de fraîcheur et la voix est magnifique, son « Duo de l’anneau » avec Catherine Trottmann (Cunégonde) est remarquable. Lydie Pruvot est irrésistible en sorcière, chacune de ses interventions est un régal. Christophe Mortagne arrive avec beaucoup de talent à donner vie et crédibilité à une carotte !
    Mais tous les chanteurs méritent des éloges ; l’exquis soprano de Chloé Briot dans le petit rôle de Rosée-du-Soir, princesse charmante victime des enchantements de Coloquinte ; l’interprétation remarquable de Julie Boulianne, superbe mezzo-soprano dans le rôle de Robin-Luron croqué en personnage de bande dessinée.
    La présence scénique du chœur est remarquable et il nous offre quelques pages d’une très grande beauté (visuelle et auditive) comme le « Chœur des insectes » ou le « Chœur du marché » au troisième acte.
    Le jeune chef Étienne Perruchon dirige l’orchestre avec beaucoup d’énergie et donne énormément de relief à la partition.
    Une merveilleuse soirée à passer.

Répondre à Nathalie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *